samedi 17 avril 2010

Ultime billet

J'ai ce billet en tête depuis une éternité.
Je l'avais en tête quand j'ai commencé à bloguer, il y a quelques années.
Je l'ai très souvent commencé, sans jamais arriver à le terminer. Il aura fallu du temps, de la réflexion... et deux personnes pour m'aider à en accoucher, une amie et un homme: l'amie (merci Ketsia !) en me stimulant avec ses judicieuses questions, et l'homme... l'homme en m'inspirant, tout simplement.
.
Je le publie aujourd'hui, comme l'ultime billet pour compléter (enfin) ce blogue.
Ça s'appelle...
.
Il était une foi
.
~ Une amie baptiste très croyante me demandait un jour :
Dirais-tu que tu as un esprit ultra-rationnel et que tu es incapable de croire ou d’être étonnée par les phénomènes paranormaux ? Et si tu peux croire au surnaturel d’une façon ou d’une autre, qu’est-ce qui t’empêche de croire en Dieu ?

~ Je lui répondis :
Très bonnes questions. Je ne dirais pas que je ne crois pas en Dieu, c’est plus complexe que ça… Je ne crois pas en une représentation unique de Dieu, plutôt. Je suis intimement convaincue qu’existe une force, une lumière suprême ou une énergie supérieure. C’est aux religions que je ne crois pas. Il est à mes yeux complètement incongru qu’une religion puisse être «meilleure» qu’une autre, ou qu’une religion ait raison et pas l’autre. Quand on me demande où je me situe, spirituellement parlant, je dis (et je pense être) agnostique. Comme l’agnosticisme «déclare l’absolu inaccessible à l’esprit humain», je me sens davantage concernée par cette proposition que par une quelconque religion. Je ne sais rien, moi, je n’ai de preuves de rien, et ceux qui croient savoir me fascinent et me rebutent à la fois. Pourquoi le catholicisme aurait raison sur l’islam ? Pourquoi le judaïsme aurait des réponses que le bouddhisme n’a pas ? Pourquoi quelqu’un devrait avoir raison ? J’ai foi en quelque chose d’absolu, mais je ne le comprends pas. Je ne suis même pas sûre qu’il soit nécessaire de le comprendre, d’ailleurs.

~ Et elle me répondit :
Et si la religion n’avait aucune raison d’être mais que croire s’agirait de connaître une personne ? Dieu est une personne. Jésus est une personne. Le Saint-Esprit est une personne. Moi je crois en Dieu la personne, non pas en un paquet de doctrines et de principes.

~ Et je continuai…
Eh bien là est toute la différence entre toi et moi, et entre moi et tous les croyants d’une religion, quelle qu’elle soit : tu crois en Jésus. Tu crois en Dieu père de Jésus. D’autres croient en Mahomet ou en Bouddha. Moi pas. Oh, ces personnages historiques ont sans doute existé, mais tout le reste n’est qu’interprétation des humains. Dieu et Jésus sont des réalités concrètes pour toi; pour moi, il s’agit d’une œuvre de fiction typiquement humaine. Il n’y a là rien de mal, dans l’absolu, mais moi je n’y crois pas. Pas plus que je crois en LA Vérité avec un grand V : ça n’existe pas, la vérité. Chacun de nous, de par sa perception intime et unique, fabrique sa propre vérité et y croit dur comme fer. Les religions, en ce sens, sont des théories de vérité qui regroupent des gens qui partagent la même vision.

~ Elle :
Mais si j’ai expérimenté la réalité du Saint-Esprit dans ma vie ? C’est une interprétation d’humains ? Il m’est arrivé des affaires vraiment space, et je connais un paquet de chrétiens qui peuvent en dire autant…

~ Moi :
Ce que tu as expérimenté, c’est le sacré. Puisque ton âme est profondément imprégnée de ta croyance en Dieu, en l’Esprit-Saint et à Jésus, eh bien ton expérience du sacré a pris ce visage-là. Tu sais quoi ? Moi aussi, je l’ai déjà expérimenté, le sacré, et de façon très space merci. Mais… tu sais où ? Dans un show. Un show de Peter Gabriel, en 2003. C’est dire à quel point le sacré peut se trouver partout, et que chacun l’interprète selon ce qu’il est. Nous sommes des récepteurs. Nous sommes un canal. Nous recevons, nous «computons» selon ce que nous avons en nous, et puis ensuite nous transmettons… comme nous le pouvons. Ma vie est remplie de choses et d’événements que je pourrais attribuer à Jésus ou à Dieu… si je croyais en eux. Mais comme je n’y crois pas, entoucas pas sous cette forme-là, je suis davantage portée à penser qu’il s’agit là de ma route, de mon chemin personnel, de mon destin, tout simplement. Toi, tu vas être portée à penser que ton destin est dans les mains de Dieu, alors que moi j’ai plus tendance à croire que nous avons toujours notre libre-arbitre, d’abord, et que s’il y a une puissance qui guide nos vies, c’est une force qui n’a pas de nom. Qui ne se contrôle pas. Et qui se comprend encore moins. Elle est énergie pure, elle est acceptation intégrale, elle est amour inconditionnel. Elle est TOUT. Pour toi, c’est Dieu. Pour moi, c’est ça. La seule différence entre ta foi et la mienne, quand on y pense, c’est que la tienne s’appuie sur une très longue et très vieille tradition historique, faite d’écrits, de témoignages, de prescriptions, de proscriptions, de rituels complexes. Ma foi à moi est de nature plus diffuse, plus globale… mais elle est là. Je crois, donc.

~ Elle :
Que penses-tu de la Bible ?

~ Moi :
Je pense que la Bible était à la base un témoignage des personnes qui ont vu et constaté les faits et gestes du prophète qui s’appelait Jésus. Chaque témoin a raconté les choses telles qu’il les avait vécues (il a «reçu» et il a «transmis») avec tout ce que ça implique d’enthousiasme et de ferveur religieuse. Ferveur qui, tu le sais, peut teinter nos perceptions, voire les orienter carrément. Quant à ce qu’est devenue la Bible, j’ai la nette impression que ce que nous pouvons lire aujourd’hui n’a pas grand-chose à voir avec ce qui a été écrit à l’origine, ne serait-ce qu’à cause du biais évident de la traduction. Et je ne parle même pas des passages –ou des livres entiers– qui ont pu être exclus en cours de route, pour une raison ou pour une autre. Et que dire de censeurs de tout acabit ? Au final, c’est ce qu’on fait de la Bible qui m’interroge le plus. En effet, j’ai bien du mal à admettre que des gens, en 2010, basent leurs vies quotidiennes sur des prescriptions qui datent d’une couple de millénaires. J’ai bien du mal à comprendre qu’on prenne de simples mots, probablement trafiqués par le passé, pour en faire des vérités absolues. Je sais, pour l’avoir vécu, que des mots peuvent faire du bien, voire changer des vies, mais je ne peux m’empêcher d’être sceptique devant ces lois supposément divines que veut imposer la Bible. Idem pour le Coran et la Torah, d’ailleurs. J’ai lu la Bible assez souvent et assez longtemps pour être d’avis qu’il s’agit là de la meilleure histoire jamais écrite. Inspirante pour plusieurs (et n’inspirant pas que de jolies choses, au fait, ne pensons qu’aux guerres «saintes»), mais… une simple histoire quand même.

Quant à Jésus… Certes, le personnage historique a existé, c’est documenté. A-t-il dit et fait tout ce qu’on lui attribue ? J’en doute fort. Et ce qui me semble le plus aberrant, c’est que si le même Jésus revenait aujourd’hui, au sein même de l’Église catholique actuelle, en prônant ce qu’il a prôné à l’époque, il passerait probablement pour un inquiétant révolutionnaire hérétique… exactement comme il y a 2000 ans !

Je dirais que ce n’est pas avec la foi que j’ai un problème, mais avec les religions. Ou plutôt, plus précisément : avec ceux qui s’imaginent pratiquer LA religion supérieure à toutes les autres. C’est pas beau, je sais, mais il m’est arrivé, et il m’arrive encore parfois, d’éprouver du mépris envers ceux qui se croient détenteurs de la Vérité. Ce mépris enfle prodigieusement quand ces mêmes croyants «supérieurs» se pensent investis d’une mission divine de conversion des «non sauvés». J’ai horreur qu’on me regarde avec commisération, comme une brebis égarée qui n’a qu’un seul besoin : être sauvée. J’éprouve pour les gens qui ne doutent pas un mélange étrange de mépris, d’envie et de consternation. Je trouve ça presque beau de croire à ce point en quelque chose qui, jusqu’à preuve du contraire, n’existe pas.

Finalement, pour résumer de mon mieux, voici ce que je dirais : plus jeune, plus prime et plus colérique (nettement plus qu’aujourd’hui, imaginez…), j’étais athée. Je refusais l’existence, voire l’idée même de Dieu. C’était impossible : si Dieu existait, pourquoi laissait-il des enfants mourir ? Si Dieu existait, pourquoi les famines, la pauvreté ? Si Dieu existait, pourquoi des catastrophes tuaient des innocents ? Si Dieu existait, pourquoi m’arrivait-il de souffrir autant ? Non. Je refusais d’y croire, tout simplement.

En vieillissant, en avançant, j’en suis arrivée à penser que même si Dieu existait, nous n’étions pas en mesure de comprendre ce que cela impliquait. Devenue agnostique, comme mentionné ci-haut, je me disais que l’idée d’absolu que Dieu représente est inaccessible et hors de portée de nos pauvres esprits sous-développés (ne dit-on pas qu’on n’utilise que 10% de nos capacités mentales ?).

Aujourd’hui, ben… je crois. N’allez pas me demander en qui ou en quoi, parce que je ne le sais pas. Je n’ai pas de nom à donner à ma foi, et… je ne pense pas que cela soit nécessaire. Qu’est-ce que je crois exactement ? Je crois en l’âme, et en son immortalité. Je crois en la réincarnation. Je crois que le corps humain, sa réalité de chair et de sang, est un mode de transport particulièrement évolué pour notre âme en voyage perpétuel. Je crois que chacun de nous s’incarne encore et encore pour avancer, pour apprendre, pour devenir meilleur.

Imaginons que cette idée est vraie. On jase, là. Prenons moi, par exemple. Disons qu’avant de me plonger dans cette vie-ci, mon âme s’est dit : «Tiens, il faudrait vraiment que je règle une fois pour toute cette problématique de dépendance que je traîne depuis plusieurs vies.» Disons que, par on ne sait quel moyen, je m’arrange pour me dessiner une épopée qui sera consacrée à la dépendance, si on peut dire. Ben vue sous cet angle, ma vie prend un tout autre sens : j’ai flirté avec tous les visages de la dépendance, à plus ou moins fortes doses, et j’ai réussi à me libérer de chacune de ces dépendances, une par une, dans la douleur et la souffrance (qui me semblaient tellement inexplicables), à chaque fois. Mais j’ai réussi. À chaque fois. Il ne m’en reste qu’une, la pire, la plus perverse, la plus insidieuse, mais je suis confiante de la vaincre elle aussi… un jour.

Oh, je n’érige pas ces idées en vérités, loin de là. Je les prends comme des hypothèses de travail. Des hypothèses vachement fécondes, de par leur potentiel explicatif. Prenons un autre exemple, n’importe lequel… disons un couple dont les deux jeunes enfants meurent dans un accident. Terrible ? Incompréhensible ? Injuste ? Oui, dans un sens. Mais imaginons que ces parents, avant de s’incarner, aient convenu qu’ils devaient tenter de «régler» une problématique de deuil irrésolu… Et qu’avant de s’incarner, ils aient conclu un genre de «pacte» avec des âmes amies, pour qu’ils incarnent leurs enfants pendant quelques courtes années, avant de les quitter brusquement…

Je sais, ça peut paraître insensé, voire délirant. Au même titre que certaines pratiques religieuses m’apparaissent, à moi, délirantes. La différence, c’est que je n’adhère et n’adhérerai jamais à aucune religion. Que je refuse qu’on me dicte ce que j’ai à faire. Que je ne ressens pas le besoin de partager ma foi avec un groupe, ni de participer à des rituels rattachés à cette foi. J’aime ces idées en tant qu’hypothèses. C’est le propre des hypothèses, d’ailleurs, de tenter d’expliquer l’inexplicable, généralement. Ce que je sais, moi, c’est que je trouve ces perspectives séduisantes, et qu’elles m’aident à mieux vivre. Je crois que rien d’autre ne compte, en définitive, peu importe ce en quoi l’on croit.

vendredi 12 juin 2009

Étrange contradiction

On vit dans un siècle où les communications sont plus faciles que jamais. Pourtant, jamais il n'aura été difficile de parler à un être humain. Et parler à un être humain qui est qualifié pour vous donner des réponses ? Oubliez ça.
.
Depuis trois jours, je me débats avec le fucking système téléphonique de la CIBC. Premier appel: je patiente 25 minutes pour finalement me faire répondre en anglais... je refuse de m'exprimer dans cette langue et je demande à parler à quelqu'un qui comprends ce que je dis. Je poireaute un autre 15 minutes, pour enfin parler à quelqu'un dans ma langue. Je lui explique le but de mon appel... et elle me répond qu'elle ne peut pas m'aider, qu'elle n'a pas accès aux informations. Me transfère à quelqu'un qui les a. Ça sonne, ça sonne, ça sonne... et ça me raccroche au nez. Grr, me dis-je, de moins en moins de bonne humeur. Je rappelle illico, pour patienter encore 15 minutes, pour expliquer de nouveau à un agent l'objet de mon appel... il finit par me donner un numéro 1-800 où, paraît-il, on pourra répondre à ma question. Soufflai-je du nez ? Ouais, passablement. Je compose donc le numéro en question, pitonne le 2 pour le service en français... et végète encore un beau 20 minutes en attente. Puis, une voix enregistrée m'apprend que "le service ne peut pas prendre d'appel à cause d'un événement spécial", et... la ligne raccroche toute seule. FUUUUUCCCKKKK ! Z'auriez pas pu l'dire au début, non ? À boutte suis-je, et je remets ça au lendemain. Ce matin, donc, je compose de nouveau le numéro 1-800, croisant les doigts... devinez ? Il se reproduit exactement la même chose, sauf que j'ai attendu 30 minutes au lieu de 20 avant de me faire raccrocher la ligne au nez. Ouah. Super plaisant. Si j'avais eu une carte CIBC, je me serais fait un plaisir de crisser les ciseaux d'dans, croyez-moi. De guerre lasse, j'ai envoyé un courriel au service à la clientèle de la CIBC. M'ont répondu qu'y pouvaient rien faire pour moi, me donnant un autre astie de numéro 1-800. Aarrrgghhh ! J'appelle donc, parce que j'ai VRAIMENT besoin de l'information en question (parce que sinon, j'aurais démissionné il y a longtemps), et... devinez quoi ? Je suis miraculeusement tombée sur un humain intelligent et débrouillard ! J'en revenais tellement pas que je suis presque tombée en bas d'ma chaise. Évidemment, ça été long, assez compliqué, et j'ai passé proche de me faire transférer une couple de fois, mais j'ai insisté gentiment, et j'ai fini par avoir ma réponse.
.
Je suis épuisée, bordel.

samedi 6 juin 2009

La reprise du jour

Mon frère m'a fait découvrir Adam Lambert... celui qui semble-t-il aurait dû gagner American Idol. Étonnée suis-je, autant du fait que mon frère suive cette émission (!), que du talent évident du jeune Lambert. Voyez (écoutez, en fait) vous-mêmes...

vendredi 5 juin 2009

Tendre vers l'instant

Une copine à qui j'exprimais un malaise existentiel face au temps m'a suggéré le livre "Le pouvoir du moment présent", d'Eckhart Tolle. J'me connais, et j'me doutais que ce livre, comme tous les autres du même genre, n'aurait que peu d'effet sur moi. De teflon suis-je face à tout enseignement spirituel, pire encore avec les religions... ça colle pas. Pourtant, un paragraphe de ce livre semble avoir légèrement adhéré à mes pensées, au point où ma perception de la vie (de la mienne, surtout) change doucement chaque fois que ces mots me reviennent en mémoire... ce qui arrive plutôt souvent.
.
Ce que vous considérez comme le passé est le souvenir d’un ancien moment présent mis en mémoire dans l’esprit. Lorsque vous vous souvenez du passé, vous ravivez une mémoire. C’est ce que vous faites maintenant. Le futur est un présent imaginé, une projection du mental. Quand le futur arrive, c’est sous la forme du présent. Lorsque vous pensez au futur, vous le faites dans le présent. De toute évidence, le passé et le futur ne constituent pas des réalités en soi. À l’instar de la lune, qui n’émet pas sa propre lumière mais peut seulement refléter la lumière du soleil, le passé et le futur ne sont que des pâles reflets de la lumière, du pouvoir et de la réalité qu’est l’éternel présent. Leur réalité est empruntée au présent.

mercredi 20 mai 2009

Mes rêves de riche

Il fut un temps, très lointain, où j'achetais des billets de loterie pour chaque tirage du 6/49 et du Super 7. Un jour, j'me suis assise et j'ai compté sérieusement combien ça coûtait par année, tous ces billets, au demeurant non gagnants plus souvent qu'autrement. J'ai cessé d'acheter des billets, ce jour-là. Depuis quelques mois, par contre, je m'en permets un de temps en temps, parce que je me dit que si j'en achète jamais, il est fort peu probable que je gagne, hein ? Fait que c'est ça. J'en prends parfois... et je rêve souvent. Et voici de quoi ont l'air mes rêves de riche (on va en faire un exercice de pensée magique, qui sait, peut-être que ça va marcher ? Uh uh.)
.
Je rembourse toutes mes dettes, une à une. Ça, c'est vraiment mon plus gros fantasme/rêve.
.
Je donne assez d'argent aux personnes que j'aime pour que cette donnée factuelle ne soit plus jamais un problème pour eux.
.
Je souscris généreusement à ceci pour chacun des enfants que j'aime.
.
Je fais un don substantiel à ces gens merveilleux... tout en continuant bien sûr d'y bénévoler.
.
J'm'achète un truck. Peut-être lui, quoique lui me tente aussi... et lui...
.
Avec mon brand new truck, je descends direct à Percé. Je me prends une chambre , je vais manger et , et je fais ça pendant des jours. Et encore des jours.
.
Quand je suis tannée (si ça arrive), je reviens à Lévis, je fais mes valises, je dis à ma mère de faire les siennes, pis on s'en va , en première classe il va sans dire.
.
Oh, et, bien sûr, avant toute chose, je m'en vais en courant et je me fait telllllllement plaisir !
.
Une fois de retour chez moi, je vais passer beaucoup de temps . Et aussi, sûrement. Et je ne parle même pas de ...
.
Après ça, ben... Je vais sûrement prendre le temps de vivre, de peindre, de lire... tout en allant faire un tour , et aussi. Pis j'vais assurément trouver le terrain idéal pour construire ma maison, aussi...
.
Y'a un gros tirage à soir, non ? Rêvons donc, ça coûte pas une cenne ! :o)

lundi 18 mai 2009

Minou qui joue

mercredi 13 mai 2009

Questions sans réponses

Pourquoi toute forme de salive disparaît de mon organisme quand je mange du Ashton ?
~~~~
Pourquoi les (excellents) légumes et les (délicieux) fruits de la marque Europe's Best viennent de partout dans l'monde... sauf d'Europe ?
~~~~
Pourquoi, dans n'importe quelle situation ou presque, quand y'en a un des deux à qui ça ne tente pas, c'est toujours lui qui gagne ?
~~~~
Pourquoi j'ai l'impression que les opéras sont tous en italien ?
~~~~
Pourquoi le soir, je suis full motivée, et qu'au matin il n'en reste absolument rien ?

samedi 9 mai 2009

7 petits faits avérés sur le show d'André Sauvé

1. À côté de lui, Louis-José Houde parle au ralenti.
~~~~
2. Je n'avais que deux mots en tête à la fin de cette soirée: extraordinairement hystérique.
~~~~
3. J'ai jamais vu un gars aussi maigre de ma vie. J'aurais peur de le casser, si j'faisais des galipettes avec (hautement improbable, I know).
~~~~
3. Le sketch inspiré du célèbre poème de Nelligan m'avait laissée plutôt indifférente, quand je l'avais visionné sur YouTube. Par contre, live, c'est vachement plus drôle.Italique
~~~~
4. Où j'ai le plus ri ? C'était même pas durant une joke "officielle", mais plutôt après une mimique tellement drôle que j'ai un instant regretté de ne pas porter de couche.
~~~~
5. Ce gars, si l'envie lui en prenait, pourrait être un gourou. Il occupe l'espace d'une manière hallucinante (le sketch du divan rouge est très révélateur à cet égard). Et puis... faire lever toute une salle en criant "moutarde !", faut l'faire.
~~~~
6. Même si j'ai beaucoup ri, j'avais hâte que ça finisse. C'est beaucoup, beaucoup d'information en très peu de temps, souvent maladroitement dosée, sans compter que c'est envoyé en criant plus souvent qu'autrement, ce qui a le don d'exaspérer l'hypersensible que je suis.
~~~~
7. Très généreux, il a passé un bon moment dans le lobby de la salle à se prêter gentiment au jeu des autographes et des photos-prises-avec-un-téléphone, même s'il était visiblement exténué (on le serait à moins). Avoir été plus groupie, j'aurais sûrement osé aller lui dire merci. Alors je vais le faire ici: merci, André Sauvé, c'était une délicieuse soirée ! :o)

mercredi 6 mai 2009

Séparées à la naissance

Izabelle Desjardins, la blondinette de service de Musique Poche Plus...

...et Becki Newton, la blondinette de service de l'émission Ugly Betty.

mercredi 29 avril 2009

Questions sans réponses

Pourquoi les traducteurs semblent-ils incapables de traduire correctement les titres d'émissions de télé ? Pourquoi "WifeSwap" devient "On a échangé nos mères" ? Pourquoi "Ugly Betty" devient "Chère Betty" ? Pourquoi "Jon & Kate plus 8" devient "8 à la maison" ? Pourquoi "Ghost Whisperer" devient "Mélinda entre deux mondes" ? C'est un mystère.
~~~~
Pourquoi on entend jamais aucun écologiste japper au sujet des Publi-Sacs ? Il s'agit pourtant d'un gaspillage éhonté, surtout depuis que toutes les circulaires sont disponibles sur le net !
~~~~
Ça existe-tu, des oreillers de moins de 20$ qui ne perdent pas la moitié de leur volume en trois mois ?
~~~~
Pourquoi on ne voit pratiquement jamais ce qu'ils mangent, dans la bestiale émission The Biggest Loser ?
~~~~
Ça existe-tu ailleurs que dans ma maison, un chat qui fait une fixation gustative sur la soie dentaire à la menthe ?
~~~~
Pourquoi les beu polices ne mettent jamais leurs flasheurs ? J'ai demandé à un ami policier et devinez quoi ? Lui il dit qu'il les mets toujours, ses flasheurs... Héhé !
~~~~
Comment les p'tits oiseaux savent qu'il est l'heure de commencer à chanter, avant l'aube ? Et pourquoi j'aime tellement ça, les p'tits oiseaux qui chantent avant l'aube ?